La BCLC accusée de fermer les yeux sur le blanchiment d'argent

By Ben Hamill - Novembre 05 2020
Partager

La BCLC accusée de fermer les yeux sur le blanchiment d'argent

La Commission Cullen chargée d'enquêter sur le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique a entendu un témoignage sur la façon dont un ancien enquêteur de casino avait été confronté à une culture de l'indifférence lors de sa nomination par la division responsable de la sécurité et de la conformité des jeux (GPEB) de la province en 2010. Ron Barber a dit à la commission qu'il avait eu très peu d'autorité et qu'il lui semblait que la culture de l'indifférence mentionnée était une culture déjà établie depuis longtemps.

Barber, un ancien officier de la police de Vancouver, a témoigné qu'entre 2010 et 2017, il avait vu le River Rock Casino and Resort de Richmond accepter des transactions en espèces de plus en plus importantes et fréquentes. Le casino aurait même accepté 800 000 $ en coupures de 20 $ sans qu'une seule requête ne soit formulée. En dépit du mandat de la division de la sécurité et de la conformité des jeux, il est apparu à Barber que l'organisation faisait peu ou pas du tout respecter la loi sur le contrôle des jeux de hasard du pays, a entendu la commission.

Lire La Suite...Les nouveaux horizons du jeu responsable

Les oublis faisaient partie du quotidien

Le témoignage de Barber correspond à celui de plusieurs enquêteurs à un moment ou un autre au service de la Société des loteries de Colombie britannique (BCLC), qui ont tous raconté que leurs responsabilités quotidiennes n'avaient finalement consisté qu'à rédiger des rapports année après année. De plus, même lorsqu'ils essayaient de signaler des irrégularités, a déclaré Barber, leurs demandes d'ouverture d'une enquête officielle étaient rejetées. La situation s'est finalement détériorée au point que les omissions et les erreurs de signalement sont devenues monnaie courante, a-t-on dit à la Commission.

Quant aux enquêtes indépendantes menées par la GPEB pendant les sept années d'emploi de Barber, l'ancien enquêteur a déclaré qu'il n'y en avait eu aucune, pas même une. De plus, a déclaré Barber, il a passé peu de temps sur les étages des casinos pendant cette période. Au lieu de cela, son travail semblait consister à établir des rapports qui ne mèneraient jamais à une action réelle.

S'exprimer n'était pas encouragé

Le témoignage de Barber devant la commission a également montré qu'il craignait de plus en plus les répercussions de ses prises de position contre le personnel des casinos. Cette situation était pour lui une certaine manière de crier au loup.

Et à en juger par le témoignage de Barber, sa crainte était partagée par John Mazure, sous-ministre adjoint à la GPEB. Mazure se serait plaint une fois à l'ancien enquêteur du fait qu'il n'avait pas réussi à convaincre la BCLC, et qu'il pensait que les enquêteurs de la GPEB n'étaient rien d'autre qu'une bande de fonctionnaires corrompus. 

Jouez dans un TOP casino canadien. Choisissez un site qui a une licence MAINTENANT !

Partager