L'ancien président de Crown admet avoir proféré des menaces

By Ben Hamill - Octobre 08 2020
Partager

L'ancien président de Crown admet avoir proféré des menaces

Une enquête sur la question de savoir si Crown Resorts est en mesure d’obtenir sa licence pour son nouveau casino, prévu à Sydney dans le courant de l'année, a mis en lumière un certain nombre de points délicats. L'enquête du gouvernement a obligé James Packer, ancien président exécutif de Crown Resorts, à admettre qu'il avait menacé quelqu'un par courriel en 2015.

Les menaces dirigées contre une personne connue uniquement sous le nom de M. X auraient été faites à un moment où la société cherchait à faire du commerce privé, l'inconnu étant apparemment impliqué dans le processus. Packer, qui était en liaison vidéo avec la commission d'enquête de Nouvelle-Galles du Sud, aurait admis sous serment son comportement et reconnu que celui-ci était « honteux » et que ses actes lui faisaient honte aujourd’hui.

Lire La Suite...L’Ontario entre dans l’Étape 3, mais les casinos resteront fermés

Un bipolarisme non traité à l'origine des menaces

Il est à noter que lorsque la commission d'enquête lui a demandé s'il était conscient ou non que les menaces proférées à l'encontre de M. X auraient pu être interprétées comme menaçantes par le destinataire, il a répondu avoir été surpris d'apprendre que cela avait été perçu de cette façon. Il ne semblait pas non plus sûr de savoir si, au moment des menaces, il était ou non encore le directeur de Crown Resorts. Les archives de la société révèlent que c’était le cas.

Lorsqu'on lui a demandé d'expliquer pourquoi il estimait qu'il était digne de la confiance qu'on lui accordait, d'autant plus que Crown était en train de demander une licence de casino, il a expliqué qu'à l'époque des menaces par courriel, il souffrait d'un trouble bipolaire non traité. A ce moment-là, j'étais très malade, a expliqué Packer.

Packer demande qu’on soit indulgent envers lui

Packer a ajouté qu'il était désormais soigné et a admis qu'il aurait dû informer les actionnaires de son état de santé dès le début. Packer possède toujours 37 % des parts de Crown Resorts.

L'avocat de Packer, Noel Hutley, estime que les courriels entre Packer et plusieurs autres personnes, dont M. X, ont été échangés à un moment de crise émotionnelle et personnelle intense pour Packer, et il a déclaré à l'enquête qu'il jugeait injuste que les courriels en question soient dévoilés dans le cadre de l'enquête. Il n'y a pas d'intérêt public à divulguer le contenu des courriels, a déclaré Hutley.

Bien que le juge ait finalement consenti que divulguer l'intégralité du contenu des 13 courriels ne serviraient pas l’intérêt public, ce qui a réussi à filtrer dans le domaine public est que les menaces faites par Packer s’adressaient à une personne liée au Mossad, la redoutable agence nationale de renseignement israélienne.

Ne manquez jamais une VICTOIRE. Jouez pour un JACKPOT en ligne !

 

Partager