La Commission Cullen de la C.-B. entre dans sa prochaine phase

By Ben Hamill - Octobre 27 2020
Partager

La Commission Cullen de la C.-B. entre dans sa prochaine phase

Lundi de cette semaine a permis à la Commission Cullen d'enquête concernant le blanchiment d'argent en Colombie-Britannique d'entrer dans sa prochaine phase d'auditions à Vancouver, C.-B. Elle s'est poursuivie uniquement le 26 octobre plutôt que la date prévue initialement du 13 octobre. La phase actuelle a auparavant été repoussée par le commissaire présidant, Austin Cullen, afin de conserver l'intégrité de la course électorale à présent terminée dans la province.

Tout au long de cette semaine, l'enquête permettra à la Corporation de loterie de la Colombie-Britannique d'entendre les témoignages de plusieurs anciens officiers de la GRC, ainsi que d'officiels, passé comme présent. Les individus devant témoigner comprennent l'ancien directeur de quart de surveillance du Great Canadian Gaming et Steve Beeksma, l'actuel spécialiste du projet contre le blanchiment d'argent de la BCLC, ainsi que Stone Lee, qui est également un ancien directeur de surveillance de la Great Canadian Gaming Corporation (GCGC). Lee est actuellement enquêteur pour la BCLC.

Lire La Suite...BCLC travaille sur un plan de réouverture pour les casinos

Développement antérieurs

L'enquête en février de cette année a permis l'écoute de voix favorables par la British Columbia Real Estate Association (Association de l'immobilier de la Colombie-Britannique) en termes de l'établissement d'un bureau d'enregistrement permettant d'identifier les personnes et entreprises ayant acheté une propriété immuable dans la province. À ce moment-là, l'association a également confirmé la création d'un groupe interne chargé de définir des propositions permettant de lutter contre le blanchiment d'argent.

Pendant la phase précédente des auditions, la BCLC a réclamé avoir signalé toutes les transactions financières douteuses dans le contexte du jeu à Fintrac, organisme de surveillance des crimes financiers canadiens, et ce, sur une base continue. La corporation a également témoigné de mesures supplémentaires concernant le blanchiment d'argent lancées, semble-t-il, dans une tentative de ralentir et d'empêcher éventuellement (on le souhaite) le mouvement de « l'argent sale ». Au moment de ses témoignages précédents, la BCLC s'est principalement et fortement axée sur les initiatives contre le blanchiment d'argent datant d'aussi loin que 2012.

La BCLC renvoie la balle

La Great Canadian Gaming Corporation (Grande corporation du jeu canadien) a pendant les phases initiales du processus témoigné en faveur de la BCLC, défendant dans ses propres témoignages la réponse de l'organisation aux crimes financiers et au blanchiment de l'argent sale générés par le trafic de stupéfiants, la traite des personnes, les transactions illégales d'armes à feu, etc. Les critiques émises par l'industrie sont fortement gonflées et sans fondement, a témoigné la GCGC à ce moment-là.

Un conglomérat de groupes axés sur des taxes juste avait une vision complètement différente à dire à la commission. Les groupes ont parlé d'argent sale devenu un incident très répandu au Canada, que le camouflage d'argent généré par des moyens illégaux au sein de sociétés fictives, de casinos, d'entreprises immobilières, de concessionnaires de véhicules motorisés de luxe, et plus, était devenu mondialement connu comme du « blanchiment à la neige ».

Prêt à GAGNER? Jouez à un casino en ligne canadien DE CONFIANCE!

Partager